FLE : Noël dans le sud de la France

Nous l’avions promis aux plus de 2000 abonnés de ce blog et aux 64 000 membres qui nous suivent sur Facebook, alors voici notre article sur Noël pour les apprenants de FLE, version 2021. Cette année, on s’intéresse aux traditions de Noël en Provence. Découvrez ce que sont les santons, les santonniers, la pastorale Maurel ou encore le Cacho fio et le gros souper !

À découvrir

Les parades de Noël en Provence

La crèche provençale et les santons

La pastorale provençale ou pastorale Maurel

Le cacho fio, le gros souper et les 13 desserts

marché de Noël Colmar

Noël dans le sud de la France

Noël, ce n’est pas que le marché de Noël de Strasbourg ! L’an passé et en 2019, nous vous avions parlé de Noël en France et en particulier en Alsace. Cette année, on va faire un focus sur les traditions du sud.

Les parades de Noël en Provence

Il existe des parades de Noël dans certaines villes, comme ici à La Ciotat, tout près de Marseille. C’est un peu l’ambiance de Carnaval, mais en décembre! Regardez plutôt :

Des parades de Noël sont aussi organisées dans d’autres régions de France comme en Normandie, à Coutances.

La crèche provençale et les santons

En Provence, la crèche de la Nativité est une institution ! Elle se fait en famille, à partir du premier dimanche de l’Avent, traditionnellement avec des éléments de la nature (branches, mousses…) mais aussi les personnages bibliques et les santons. Les santons sont de petits personnages typiques de la Provence (la bergère et le berger, la Provençale…) et réalisés par les santonniers.

santon Provence
Un santon – jackmac34 – Pixabay

Il existe donc un marché des santons et même une messe des santonniers (que l’on ne retrouve pas dans d’autres régions de France).

Découvrez comment sont fabriqués les santons de Provence qui iront orner la crèche de la Nativité :

La pastorale provençale ou pastorale Maurel

Il s’agit encore d’une tradition typique de Provence. La pastorale provençale est une pièce en 5 actes qui raconte et chante la Nativité. Elle est l’oeuvre d’un ouvrier Marseillais, Antoine Maurel, qui l’a écrite au XIXe siècle. Son originalité réside dans le fait qu’elle raconte la naissance de Jésus vue à travers le prisme des villages provençaux.

On y trouve des personnages provençaux, justement ceux qui sont représentés dans les santons : l’aveugle, Pimpara le rémouleur, Pistachié, le boumian, Roustido…La pièce est quasi entièrement interprétée en provençal.

La pièce est jouée par des villageois les semaines avant Noël et connaît un vif succès partout dans la région car elle permet de faire vivre la langue régionale. Voici un court extrait d’une interprétation de la pastorale, dans laquelle vous pouvez écouter du provençal :

Le cacho fio, le gros souper et les 13 desserts

Le 24 décembre, Noël en Provence commence par la cérémonie du Cacho fio, que nous expliquions ici. Puis a lieu le repas de Noël qui est aussi particulier en Provence.

Il s’appelle le gros souper et se compose d’un repas maigre, sans excès, à base de différentes préparations avec des produits typiques de la région et notamment des légumes et du poisson.

Le site de la ville d’Aix-en-Provence explique ainsi le gros souper :

« Il est composé d’un nombre important de plats maigres, sept étant le
nombre parfait en réminiscence des sept douleurs de la Vierge. Les mets sont
préparés avec soin, variant tout comme les desserts, d’une famille à l’autre,
d’une contrée à l’autre, selon le terroir, les productions, les classes sociales.

Nous citerons pêle-mêle : les escargots, les gratins de légumes (épinard, chou-fleur), la carde, l’aïoli, les poissons (loup, muge, morue, anguille), les omelettes (truffe, artichaut), la brandade, l’anchouiado …

Les poissons sont généralement grillés, la morue ou l’anguille peuvent être préparées en « rèito »(espèce de capilotade faite avec du poisson frit à la poêle auquel on ajoute une sauce au vin et aux câpres, mets provençal dont on fait particulièrement usage la veille de Noël.), le muge préparé aux olives et tous les légumes de maintes façons. »

aixenprovence.fr

Le gros souper se clôt par les 13 desserts, qui sont également une particularité provençale et qui sont dégustés avec du vin cuit. Les 13 desserts correspondent des symboles. On trouve :

 –la fougasse ou pompe à l’huile symbolise le pain

-les 4 mendiants :  figues sèches, raisins secs, amandes et noix (« lei pachichoi » en provençal), qui font référence aux moines des ordres mendiants (Franciscains, Dominicains, Carmes et Augustins)

-des dattes fourrées, symbolisant l’Orient

-du nougat noir  et du nougat blanc tendre symbolisant le pénitent noir et le pénitent blanc

-de la pâte de coings,

-des fruits confits, 

-des calissons à la pâte d’amande,

-des oreillettes,

– des fruits de saison : oranges, clémentines, etc.

Pourquoi 13 desserts ? Car ils symbolisent Jésus et les 12 apôtres ainsi que la Cène.

Après le « Gros Soupa » (gros souper en provençal), la famille se rend à la messe de minuit.

Les archives de l’INA nous montrent cette tradition, expliquée en 1975 :

Voilà, vous êtes quasi-incollable sur les Noëls provençaux ! Nous espérons que vous avez apprécié notre billet. Si c’est le cas, partagez-le et laissez-nous un commentaire.

Sitographie

Nos sources d’information pour ce billet :

  • La tradition du gros souper et des 13 desserts – 1975, Archives de l’INA

marché de noel strasbourg 2021

Découvrez nos cours de FLE 100% en ligne

Commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s