Préparer l’oral du DELF B2 : « Peut-on vivre sans télé? » – Proposition de correction d’un sujet du CIEP avec AUDIO

Aujourd’hui, nous vous proposons de travailler sur un sujet d’oral du DELF B2 qui a particulièrement posé problème à nos étudiants dernièrement. Le sujet porte sur la télévision et le lien original du sujet est disponible ici.

La production orale au DELF B2 peut être un peu complexe car il faut savoir lire et extraire des informations du sujet choisi puis en parler pendant 10 minutes environ, ce qui est long pour la plupart d’entre nous, même les Français natifs!

Comment réussir la partie de production orale au DELF B2 alors? En appliquant une analyse méthodique du sujet. Nous allons vous le montrer avec cet exemple avec, en prime, un enregistrement audio pour vous entraîner.

Ce sujet est proposé par le CIEP, le Centre International d’Études Pédagogiques.

La production orale au DELF B2 : exemple commenté

oral-du-delf-b2-fle-franc3a7ais-polyglotcoach1.png

Voici l’extrait tel que proposé sur le site du CIEP :

Capture d’écran 2019-10-16 à 11.29.17.png

Rappels concernant l’oral du DELF B2

Vous avez 30 minutes de préparation et 20 minutes de passation (soit environ 10 mn pour le monologue puis environ 10 minutes de débat avec l’examinateur).

L’ensemble est noté sur 25 points , soit 1/4 des points de l’examen de DELF B2.

Le barème de notation est le suivant :

barc3a8me-delf-b2-oral.png
barc3a8me-delf-b2-oral-2.png

Proposition de corrigé du sujet « Peut-on vivre sans télé? »

Nous allons vous expliquer comment vous pouvez structurer votre monologue.

Dans un premier temps, repérez les idées clés du texte :

  • Type de document : extrait d’article
  • Argumentatif ou informatif ? > informatif (on se base sur une étude avec des données chiffrées, donc l’information est neutre)
  • Thème : la TV
  • : en France
  • Qui : les téléspectateurs
  • Quoi : évolution des habitudes des téléspectateurs français en fonction de la catégorie d’âge
  • Questions posées par l’article : « peut-on vivre sans télé? » (le titre) et « qui sont ces réfractaires du petit écran? »

Quelle est la problématique? 

Une problématique est une question que l’on se pose sur un thème. Si vous n’êtes pas sûr de savoir de quoi il s’agit, lisez ceci. Il est essentiel de maîtriser la notion de problématique au DELF et au DALF. Assurez-vous d’avoir bien compris cela.

On peut hésiter entre les deux questions posées par l’extrait : « peut-on vivre sans télé? » (le titre) et « qui sont ces réfractaires du petit écran? »

Pour décider, il faut lire l’ensemble de l’extrait.

Le type d’informations que l’article donne concerne :

-le nombre de personnes qui déclarent ne pas avoir de TV en France

-les types de personnes qui indiquent « refuser la TV », il y en a 3

-les raisons pour lesquelles elles indiquent refuser la TV

Alors, à quelle question répond le contenu de l’article ? 

L’extrait répond davantage à la question « qui sont ces réfractaires du petit écran? » mais aussi à la question « pourquoi le sont-ils? ».

Peut-on choisir une problématique qui n’est pas formulée exactement comme cela dans le texte?

La réponse est OUI.

L’idéal ici est de choisir une double problématique « qui sont les réfractaires du petit écran et pourquoi le sont-ils?« 

Que faire de la question du titre?

C’est là justement que se trouve la difficulté qui ennuie les étudiants. Le titre n’est pas en accord avec le contenu! Pourquoi? Car il s’agit d’un extrait d’article. On peut supposer que le reste de l’article répond au titre.

Que faire dans ce cas? Expliquer simplement dans votre commentaire la problématique choisie par vos soins, préciser que le titre ne trouve pas de réponse dans l’extrait et qu’il faudrait pouvoir lire l’article en entier pour pouvoir connaître la réponse que l’article apporte au titre. C’est tout.


Maintenant que la question est résolue, on va structurer notre réponse en 2 parties :

1/ Présentation de l’extrait (3-5 minutes)

2/ Votre avis sur le sujet (3-5 minutes)

L’exposé


1/ Présentation de l’extrait – Réponse possible

Dans cette partie, vous allez simplement reprendre les éléments du texte et les commenter, de manière linéaire ou non.

Il s’agit d’un extrait d’article publié dans le Télégramme, un quotidien régional français (optionnel). On ne connaît ni la date ni l’auteur. L’extrait est court, et informatif.

Le titre est « peut-on vivre sans télé? ». L’auteur présente des données chiffrées sur les personnes qui sont réfractaires à la télévision en France. On apprend par exemple qu’il s’agit d’une toute petite minorité de personnes qui n’ont pas la télévision (2 à 3 %). On ne sait pas de quand datent ces statistiques.

On peut lire qu’un sociologue a réalisé une étude pour comprendre qui sont les personnes qui font ce choix. Il s’attendait à trouver des personnes peu nombreuses, qui représentent un phénomène en déclin, mais en réalité ce n’est pas le cas! De plus en plus de personnes semblent faire le choix de se détourner de la télé. Le sociologue a déterminé qu’il existait 3 types d’individus qui font ce choix : ceux qui estiment que la télévision est une source de manipulation et donc s’en méfient, les jeunes, et enfin les personnes plus âgées, qui ne se sont jamais « converties » à la télévision. Chaque catégorie a ses propres motivations pour se détourner de la télévision.

2/ Votre avis sur le sujet

Je ne regarde pas la télé ou presque pas. J’ai une télévision chez moi, mais on est en 2020 et quand on a le choix entre, d’un côté les programmes de télévision, et de l’autre côté tout ce que l’on peut regarder sur Internet, il n’y a pas photo!

Tout d’abord, la télévision, c’est un peu dépassé pour notre génération, je fais partie de la génération Y. Nous, on a connu Internet relativement tôt, et même si Internet a cohabité avec la télévision, on s’est rapidement habitués à choisir ce qu’il nous plaît de regarder.

Lorsqu’on regarde la télévision, on est passifs : on zappe de programme en programme, la plupart des programmes sont des rendez-vous quotidiens proposés à des heures précises, qui structuraient avant la vie des gens, comme le JT de 20h par exemple…La famille regardait le JT au moment du dîner, c’était comme un rituel.

Aujourd’hui, certains sont encore fidèles à ce genre de rituels, mais beaucoup préfèrent sélectionner leur contenu. Avec Internet, c’est rendu possible : on a le choix entre des milliers de contenus, sur des plateformes comme Youtube par exemple, ça peut être des documentaires, des Vlog (des blogs en vidéo), des tutos cuisine, bricolage ou maquillage, de l’humour, des spectacles, des concerts, des influenceurs qui expliquent des choses ou racontent leur vie…Youtube est aussi une source d’apprentissage pour beaucoup de gens, quand on sait chercher les contenus.

Donc, oui, Internet rend possible le fait de vivre sans télé du tout, ou en regardant la télévision à certaines occasions particulières (matches de foot, allocutions présidentielles, les infos, certains programmes de téléréalité, la chaîne ARTE…). Aujourd’hui, je pense que pas mal de monde en France se détourne spontanément de la télé, pas parce que ces gens sont réfractaires, mais parce qu’ils n’y voient plus l’intérêt. En plus, il y a une redevance audiovisuelle à payer…Ça ne plaît pas tellement à certains.

Ensuite, nous vivons à l’ère de la vidéo à la demande (VOD) , disponible sur des supports multiples : smartphones, tablettes, ordinateurs…Il est évident que les nouveaux modèles de consommation de programmes, de séries et de films font une concurrence sévère à la télévision. Des plateformes comme Netflix proposent aux spectateurs de regarder des contenus récents, originaux et en illimité, d’où on veut (de son lit, de son canapé, dans les transports…) et quand on veut, sans limite et pour une somme mensuelle modique pour la plupart des foyers. Il y a de quoi reléguer la télévision au placard! Avant, les films récents n’étaient jamais diffusés à la télévision, il fallait attendre des mois voire des années après leur sortie au cinéma pour les voir à la télévision. Ne parlons même pas des séries et films étrangers, qu’on ne voyait jamais sur le petit écran. En ce sens, les plateformes comme Netflix sont une vraie révolution. Netflix s’est implantée depuis seulement quelques années en France mais on voit déjà les effets : la plateforme tient en haleine des milliers de sériephiles et de cinéphiles chaque mois, et se renouvelle sans cesse (pour l’instant). Après, chaque révolution de ce type a aussi ses côtés pervers, le temps passé à regarder des programmes peut être exagéré, excessif, on peut se retrouver « happé« , notamment à cause du « binge watching » (c’est un anglicisme qui veut dire regarder sans s’arrêter plusieurs épisodes à la file). Certains mettent en cause Netflix dans la destruction de l’intimité au sein des foyers, regarder des séries peut devenir une passion dévorante…

Voilà donc pour conclure je dirais qu’analyser le déclin de la télé, ça nécessite de prendre en compte les nouveaux usages. Il y a aujourd’hui une offre de contenu qui fait concurrence à la télévision et qui est très attractive surtout pour les jeunes, qui voient la télévision un peu comme quelque chose de figé…C’est normal, la télévision était un média important pour une certaine génération, et comme tout média, je pense que c’est normal qu’elle passe au second plan avec les évolutions de la technologie. Je suis sûre par exemple, que Netflix et ce genre de plateformes seront remplacées par d’autres médias ou sources de contenus avec les évolutions futures de technologies et les façons qu’auront les jeunes générations de « consommer » l’information (ou pas!), de regarder des films et des séries. Je ne crois pas cependant que la télévision va disparaître de sitôt! C’est mon avis, le partagez-vous?

Notre exemple donne une présentation d’environ 8 minutes si on parle avec un débit normal/lent, avec quelques hésitations et temps de réflexion.

Votre exposé est ensuite suivi d’un débat avec l’examinateur.

Préparer le débat avec l’examinateur

Il peut par exemple vous demander :

-à quelle fréquence regardez-vous la télévision?

-regardez-vous souvent du contenu sur internet?

-quel genre de contenu aimez-vous regarder?

-regardez-vous uniquement du contenu sur Internet ou créez-vous du contenu? Pourquoi?

-qu’est-ce qui remplacera les plateformes comme Netflix selon vous?

Pour écouter la production orale, c’est par ici :

Et si je ne me sens pas capable de faire la même production orale au DELF B2?

C’est normal, pas de panique. Cet exemple est conçu et présenté par une professeure française, et on n’attend pas de vous le même niveau de correction de la langue ou la même maîtrise du vocabulaire!

Cet exemple est un bon exemple de présentation qui est fait pour vous inspirer, non pour être copié. Au DELF B2, le barème tolère les erreurs minimes, tant que ce que vous dites est globalement clair, structuré et compréhensible. Si vous trouvez votre prononciation peu claire, entraînez-vous, inscrivez-vous à des cours de phonétique ou pratiquez avec un enseignant. La prononciation est importante, et elle vaut des points.

En bref, entraînez-vous, réécoutez plusieurs fois cet exemple, et faites de votre mieux le jour de l’examen.

Bonne préparation!

Vous souhaitez bénéficier des compétences d’un professeur expérimenté pour préparer le DELF? Remplissez ce formulaire pour obtenir plus d’informations:

Commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s