Juste la fin du monde de Lagarce : comment se préparer pour la dissertation ? – Épreuve écrite bac français 2022

Juste la fin du monde est une oeuvre au programme de l’épreuve anticipée de français depuis quelques années. Il s’agit d’une pièce de théâtre sur le thème de la famille et du retour, mais aussi de l’absence, de la solitude et de la mort, construite autour d’un personnage qui se sait condamné et se donne pour mission d’aller l’annoncer à sa famille qu’il n’a pas vue depuis 12 ans. Il repartira sans avoir rien dit. Voici 7 choses à savoir sur la pièce pour réaliser vos dissertations et commentaires au Bac de français et 4 sujets de dissertation inédits pour vous entraîner.

Gaspard Ulliel dans le rôle de Louis (Xavier Dolan, 2016)

Juste la fin du monde de Lagarce :comment se préparer pour la dissertation ? – Épreuve écrite bac français 2022

Que dois-je savoir sur l’oeuvre ?

1. Lagarce est l’auteur contemporain le plus joué en France

Jean-Luc Lagarce (1957-1995)  n’est pas un auteur de second plan, au contraire. Il n’a pourtant connu le succès que de manière posthume, c’est-à-dire après sa mort. Il a écrit, entre autres, 25 pièces de théâtre. La pièce Juste la fin du monde a été traduite en 25 langues.

Le contexte de son oeuvre s’ancre dans les « années SIDA ». La pièce juste la fin du monde puise dans cette époque l’angoisse de la mort inexorable à laquelle on était condamné à l’époque quand on était atteint de cette maladie.

Pour en savoir plus.

2. La pièce a été achevée en 1990 et n’a été mise en scène qu’en 1999

Jean-Luc Lagarce a terminé d’écrire la pièce Juste la fin du monde en 1990, à Berlin. L’auteur était lauréat d’une bourse « Villa Médicis hors les murs » qui lui a permis de faire cette expérience.

La période entre 1988 et 1993 est une période de crise personnelle intense pour l’auteur, qui est en plus confronté à l’incapacité de créer. Une fois terminée, son oeuvre est tout d’abord refusée.

Jean-Luc Lagarce décède en 1995.

Ce n’est qu’en 1999 que la pièce est mise en scène pour la première fois.

3. La pièce est marquée par une figure de style en particulier : l’épanorthose

Vous l’aurez remarqué si vous avez étudié la pièce ou simplement lu l’oeuvre : les personnages, dont Louis, cherchent en permanence leurs mots et se corrigent maintes et maintes fois. Ils semblent être « à la recherche du mot juste » pour exprimer leur pensée. Cela rappelle une figure de style : l’épanorthose.

Si les personnages sont à la recherche du mot juste, l’auteur l’est aussi. Pourquoi ? Marie-Hélène Boblet explique à ce sujet : « Le travail de la mort, le deuil à faire de sa propre longévité dans un face-à-face tragique avec le sida donne un sens à ce qui caractérise son écriture : la correction, la reformulation, le repentir. » 

Une autre piste nous est donnée par Alina Kornienko : « (…) Lagarce se sert très souvent de cette hypercorrection de la langue, abusive, parfois fausse et toujours absurde alourdissant la communication dans le milieu de la petite bourgeoisie. » Il cherche à montrer qu’à force de chercher la justesse des mots « bien comme il faut », le discours se perd et la communication entre les personnages se rompt.

4. On peut qualifier Juste la fin du monde de « logodrame »

Un logodrame peut être défini comme un « drame de la parole« . Nathalie Sarraute l’a défini en ces termes: « C’est un théâtre du langage. Il produit à lui seul l’action dramatique véritable, avec des péripéties, des retournements, du suspense, mais une progression qui n’est produite que par le langage« . En effet, dans Juste la fin du monde, il ne se passe rien ou presque, que des enchevêtrements de monologues. Le conflit mis en scène repose sur la communication qui ne fonctionne pas, qui est brouillée, et qui met en échec la raison du retour de Louis : annoncer sa mort prochaine et irrémédiable.

Tout au long de la pièce, l’action est dite mais elle n’a pas lieu.

5. L’auteur voulait appeler la pièce Les Adieux

La pièce devait s’appeler Les Adieux. Le titre finalement choisi par l’auteur est énigmatique. « La fin du monde » fait penser à une véritable catastrophe : la mort de Louis en est bien une. Mais que signifie « juste » ici ? Il y a deux interprétations différentes :

  • « juste » = « vraiment » : c’est vraiment la fin du monde de Louis, c’est un drame cruel, et sa famille ne le saura pas
  • « juste » = « seulement » : c’est seulement la fin du monde de Louis, ce n’est pas si important, pour les autres, la vie continue.

Le titre donne une tonalité tragique à l’ensemble.

6. La pièce : un huis clos tragique

Un huis clos est « un roman, une pièce de théâtre, un film, dont l’action se déroule en un lieu unique, dont les personnages ne peuvent sortir » (Wikipédia). Ici, il s’agit bien d’un huis clos. Le nombre de personnages est très restreint : Louis, la mère, Suzanne, Antoine et Catherine, ce qui renforce l’aspect étouffant de l’ensemble. Le père est mort.

La proximité entre les personnages au sein de la cellule familiale renforce également la dimension tragique.

7. Une oeuvre marquée par une forte intertextualité

Juste la fin du monde fait partie du cycle dit du « fils prodigue« , avec 3 autres oeuvres qui explorent ce thème. Le fils prodigue est une parabole de la Bible : elle fait référence à «  la situation de quelqu’un qui revient piteusement à une situation antérieure après s’en être éloigné avec éclat.  » Dans la Bible, le fils qui a quitté la famille et dilapidé l’héritage revient voir la famille et est accueilli par le père. Ces oeuvres sont :

  • Retour à la citadelle (1984)
  • Juste la fin du monde (1990)
  • J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne (1994)
  • Le Pays lointain (1995).

Juste la fin du monde : 4 sujets de dissertation possibles

  1. Marie-Anne Charbonnier écrit en 2013 « Tout le théâtre de Lagarce est un théâtre du dire, de la parole errante, où chacun se construit dans la quête hésitante du mot juste. » En quoi cette citation éclaire-t-elle votre lecture de l’oeuvre Juste la fin du monde ?

2. « Malgré l’absence des classiques péripéties, bien que la « crise » attendue n’éclate jamais, puisque Louis s’en va discrètement sans avoir rien dit de son mal-être aux siens, alors qu’il a tout dit aux spectateurs, Juste la fin du monde obéit à une construction rigoureuse dans la dispersion même. » En quoi cette citation de Marie-Anne Charbonnier éclaire-t-elle votre lecture de l’oeuvre Juste la fin du monde ?

 3. « Juste la fin du monde est une pièce intimiste et une tragédie de portée universelle qui soulève, de façon pudique et discrète, des questions aussi lourdes que celles de l’impossible communication entre les êtres les plus proches (…) ». En quoi cette citation éclaire-t-elle votre lecture de l’oeuvre Juste la fin du monde ?

4. « Rien n’est donc plus paradoxal que la présence dans cette pièce : les présents se voudraient ailleurs, le grand « parti » n’a jamais été autant là et tout se passe comme si cette présence frontale, incontournable, si longtemps espérée, se révélait insupportable et suscitait des réflexes de fuite, dans la remémoration du premier départ ou l’anticipation du prochain.  » Cette citation de Catherine Brun éclaire-t-elle votre compréhension de la pièce ?

Pour approfondir

Regardez aussi le sublime film de Xavier Dolan avec Gaspard Ulliel (Grand prix du festival de Cannes), dont voici la bande-annonce :

Pour préparer l’oral du bac de français :

Analyse linéaire Juste la fin du monde partie 1 scène 4, « Le dimanche » – PREMIUM

Commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s